lundi 3 août 2009

A propos de sérendipité (2)

Le hasard fait bien les choses...


Dans un précédent billet, je m'interrogeais sur la sérendipité comme modalité pédagogique.

J'échangeais récemment avec François GUITE sur la prise de notes, le multitasking et la sérendipité.

Nous sommes partis de sa réflexion relative à son intégration des médias sociaux dans ses méthodes de travail.

Nous étions d'accord sur la nécessité :
  • d'exercer une curiosité tous azimuts dans le plaisir d'apprendre ;
  • de vivre sa vie, au fur et à mesure du flux qui l'anime ;
  • afin que chaque apprenant puisse être maître de son temps, de ses outils et de sa méthode.
A titre d'illustration, je citais l'utilisation que je faisais du bookmarklet Linkbacks de DELICIOUS.
A partir d'une page WEB, ce dernier permet d'identifier les contributeurs DELICIOUS qui ont référencée cette même page.
L'examen des fils DELICIOUS de ces contributeurs me permet parfois d'identifier de nouveaux flux RSS susceptibles d'élargir mon horizon.

Dans le même temps, Francis PIZANI s'interroge sur la sérendipité et tend à conforter notre analyse en apportant un argumentaire en faveur d'une utilisation raisonnée et diversifiée des médias sociaux.

On peut notamment y lire :

C’est pourquoi j’ai tendance à promouvoir, lors de mes cours par exemple, la “embedded serendipity” ou la sérendipité embarquée, intégrée aux processus de collecte d’information.

Je le fais de deux façons au moins:

En intégrant des flux RSS qui ne m’intéressent que marginalement dans ceux que je consulte régulièrement. La possibilité des hasards heureux augmente.

En essayant régulièrement de pratiquer le ricochet virtuel: quand je clique sur un lien qui me conduit à une page surprenante je m’efforce de répéter l’opération au moins deux fois en cliquant sur les liens que je trouve à chaque étape. Au bout du compte, je me retrouve souvent en territoire inconnu (et rien n’empêche de continuer à sauter…).