dimanche 6 juillet 2008

Lire et écrire en maternelle : 2007-2008

J'attire votre attention sur une chronique paru dans l'excellent Café Pédagogique : Lire et écrire en maternelle : 2007-2008

Extrait du travail de Bernard DEVANNE :
"D'une manière générale – et, me semble-t-il, cette chronique sur 2 ans le fait bien apparaître – l'effort de l'enseignante a porté sur trois vecteurs fondamentaux : il a été d'abord de toujours proposer des contextes culturels riches, appuyés sur des objets de savoir très différents, et d'y faire vivre la lecture et l'écriture non comme des « instruments » mais comme des pratiques culturelles ; il a été aussi de toujours penser l'apprentissage de l'écrit à partir des actes du sujet écrivant ; il a été enfin de ressourcer constamment les propositions d'écriture dans de nouveaux albums, et de veiller aux « continuités problématiques » (qui n'ont rien à voir avec les « continuités thématiques » ordinaires de l'école maternelle). Grâce à ce travail et aux observations qu'il m'a permis de conduire, j'ai renforcé une conviction déjà ancienne : pour les enfants les plus fragiles, la réussite des apprentissages de la langue écrite se gagne en amont de tout enseignement standardisé, donc à l'école maternelle."

3 commentaires:

florence Meichel a dit…

Je réagis à cette petite phrase : "la réussite des apprentissages de la langue écrite se gagne en amont de tout enseignement standardisé, donc à l'école maternelle."

C'est le DONC qui m'interpelle...pourquoi est-il implicite et admis que hors maternelle, il n'en soit pas de même ! Encore un pas en avant, et cette certitude tombe....juste un pas !

florence Meichel a dit…

D'ailleurs c'est ce que l'auteur suggère un peu plus loin : "En termes d’apprentissages, la question fondamentale est celle de la continuité de l’accompagnement de chaque enfant. Puisque, on le voit bien, rien ne commence au début du CP"

Gaël PLANTIN a dit…

Sans doute parce qu'après la maternelle, les principes de Pierre BOURDIEU s'appliquent.