samedi 4 juillet 2009

L'empathie pour aider les apprenants ?

Le hasard de mes lectures de ce mâtin me conduisent à établir un parallèle entre trois sources d'informations fort différentes et pourtant, de mon point de vue, fort proches :

Ces trois documents résonnent / raisonnent avec le commentaire que j'ai rédigé dans cette discussion sur Apprendre2.0.

Le metadesign est la création de contexte plutôt que de contenu. (Youngblood, 1986)
J'aime bien cette proposition.
Je l'illustre avec une anecdote récente :
* dans les temps anciens et reculés, j'étais conseiller principal d'éducation (CPE). Logé sur place par nécessité de service, je côtoyais les élèves 24h sur 24, prêtant main forte aux surveillants qui ne parvenaient pas toujours à canaliser un dortoir de 70 garçons...
Mes relations avec les élèves dépassaient largement le cadre scolaire, dans la mesure où certains ne rentraient chez eux que pour les vacances et encore, pas toujours.
* Par la suite, j'ai choisi d'être prof pour pouvoir agir en amont du CPE dont les fonctions le conduisent parfois à intervenir trop tard. J'ai perdu du même coup, la proximité qui me liait aux élèves.
* La semaine dernière, en raison d'un imprévu, j'ai dû encadrer, pendant deux heures, une classe pour laquelle j'assure des cours hebdomadaires. Plutôt que d'engager un cours mal préparé, j'ai choisi d'aller me promener sur l'exploitation agricole du lycée (les avantages de l'enseignement agricole). J'ai eu le grand plaisir de redécouvrir cette proximité perdue. C'était l'occasion de sortir le nez du guidon, de discuter, de tout de rien, mais aussi des cours : le contexte informel les décidait à poser les questions qu'ils n'avaient pas osées poser avant...
Il me semble aussi pouvoir établir un lien avec ce billet récent L'apprenant cherche un mot, une image, un lien qui lui montre qu'il est sur la bonne voie.